Ca s'danse la tête contre les murs

On ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous. On dit juste qu'ils ont perdu la boussole, qu'ils sont à côté de la plaque. Paumés quoi. Alors un peu plus un peu moins, finalement à quoi ca peut servir de savoir?

200412


Tout ce cirque pour un stylo tombé au sol.


J'ai toujours été maladroit. Je vous jure, je l'ai toujours été. C'est pas d'ma faute.

- Ainsi, vous étiez, mardi 16 janvier 1998, sur le pont des Météorites?

- Je tombe souvent des chaises, je n'y peux rien.

- Vous ne répondez pas à ma question, Monsieur Renard. Etiez-vous, oui ou non, sur le pont des Météorites, la semaine dernière, le 16 janvier, aux alentours de 17h30 ?

- C'est pareil pour mes stylos, ils tombent sans arrêt. Tout le temps, comme ça, par magie. Boum ! Comme si, j'sais pas, quelqu'un les poussait à ma place. Bon c'est vrai. Au début, j'avais l'impression que j'étais juste maladroit.

- Vous avouez donc ?

- J'avoue quoi ? D'être né avec deux bras gauches ? 'Faut en parler à ma mère ça, monsieur, ce n'est pas moi qu'il faut embêter. Je ne suis que le résultat de cette triste expérience qu'est la grossesse. Oui. Et j'ai deux bras gauches. Et les mains qui vont avec. Mais ce n'est pas ma faute, pas ma faute...

- Cessez donc ce cirque, et répondez à ma question, vous avouez donc ?

- Que j'avoue quoi ? Être coupable d'être né, moi, Maurice Renard, aux alentours de 11 heures, à l'hôpital Serge Carnaval ? Je n'y peux rien ! Vous faites erreur dans le service après vente, Monsieur ! Regardez... Vous me dites que c'est le cirque partout où je passe...

- Oui enfin, si ce n'était qu'un cirque, vous ne seriez pas là aujourd'hui ...

- Laissez moi finir, genre, oui vous avez raison, c'est le cirque sur mon passage, tous les jours, tout le temps. Ils arrivent, là, et devinez ce qu'ils font? Ils plantent carrément les piquets, ils emmènent les tigres aux grosses dents, les danseuses toutes mignonnes dans leurs petits tutus. Il arrivent avec leur maquillage et leurs costumes, leurs paillettes et leur talc qui pue. Il pue leur talc, vraiment ! Et moi, je suis là, et je demande juste à être tranquille, je veux qu'on me laisse en paix. J'en veux plus de ce cirque, qui bourdonne dans ma tête jusqu'à 7 heures tous les matins. Ting ting ting, les marteaux qui résonnent sous le chapiteau. Vous imaginez pas tout le grabuge qu'ils font ! Non, vous, vous ne pouvez pas comprendre...

- Vous rejetez la faute sur ces gens du voyage ?

- Ce n'est pas exactement ça, je dis juste qu'ils me suivent tout le temps. Je me sens un peu traqué. Genre, je suis leur dernier numéro, je ne suis pas le clown triste, ni le clown méchant, je suis le maladroit. Celui qui fait tout tomber sur son passage. Le clou spectacle !

- On en arrive au point intéressant.. Vous pouvez développer?

- Ben j'veux dire, je suis souvent tout seul dans mon jardin, là, à arroser mon arbre à coeur avec le reste de thé de mon petit déjeuner, et je les entends, ils arrivent. Comme ça, dans mon jardin. Vous imaginez, vous, un cirque qui débarque, là, au beau milieu de votre propriété ?

- Mais comment rentrent-ils tous ?

- Vous ne pouvez pas comprendre.. Alors ca m'énerve, et je fais tomber ma tasse. Du coup, ca me brise le coeur, et je m'énerve encore plus. Et mon peignoir tombe. Et tous les matins, c'est la même chose, je casse une tasse, et me retrouve nu, face à la voisine d'en face. Surprise, elle fait tomber ses mots croisés par terre.

- Et c'est tout? Je vous soupçonne de changer de sujet, et de me prendre pour un imbécile.

- Mais non, mais non ce n'est pas tout. J'ai d'abord pensé, que j'étais maladroit ! Et puis, plus je faisais tomber des choses, stylos, livres, vêtements, clefs de maison, chapeaux, bijoux, plus je me rends compte qu'en fait...

- Qu'en fait ?

- Qu'en fait, j'aimais ça. Je voulais passer ma vie à faire tomber des choses.

- Alors vous avouez donc ?

- J'avoue quoi ? Éprouver une certaine satisfaction à voir les choses au sol ? Mais nous sommes tous des animaux Monsieur, les objets, ce n'est pas fait pour rester en hauteur..

- Ne soyez pas absurde.

- Je disais donc, que j'éprouvais une certaine satisfaction à voir les choses au sol. A les faire tomber. Quoi de plus beau que le bruit mélodieux d'une assiette qui se casse? J'en ai assez d'être gentil. J'en ai assez d'être maladroit. Je veux, être méchant. Et je me suis rendu compte, que ma voisine, n'était pas contente quand elle faisait tomber ses mots croisés édition delux.

- Vous n'avez jamais pensé à .. voir Quelqu'un ?

- Comment ça voir quelqu'un ?

- Vous savez ... Quelqu'un.

- Ah. Ma mère, était inquiète, à cause du cirque. Elle ne le voyait pas. Vous savez, le cirque dans mon jardin. Elle ne l'entendais pas. Comment peut-on ne pas le voir ? Le talc, et son odeur .. Comment ne pas le sentir ?

- Oui oui, je sais, le talc qui pue.. Continuez.

- Et bien, elle m'a dit, ensuite, que j'avais attrapé une angine, et qu'il fallait que j'aille voir le docteur Cagette. J'y suis allé.

- Et ?

- Et je n'avais pas d'angine.

- ....

- Par contre, il me parlait, parlait, parlait. Il est encore pire que moi. Et entre ses dents, j'ai entendu des syndrome .. Syndrome.. Ah, qu'est-ce qu'il disait déjà... Syndrome du manque d'attention. C'est ça. Mais expliquez moi, comment voulez vous être atteint du syndrome du manque d'attention, quand un CIRQUE ENTIER vient chez vous ? Hein ? Qu'il est jaloux, ce vilain docteur. Je lui offre mon cirque si il veut, les tutus et les paillettes qui vont avec.

- Soit .. Et que vous a-t-il dit de plus, Monsieur Renard ?

- Je n'sais plus, j'étais outrageusement vexé par ses propos. Alors il m'a regardé de derrière ses lunettes et ses lèvres ont bougées. J'ai entendu " Fais tomber mon café ".

- Alors ?

- Alors je l'ai fait tomber, que vouliez vous que je fasse d'autre ? Et c'était beau. Je me sentais bien. Alors quand je suis sorti, j'ai pris mon sac, et je l'ai lancé au sol. Et puis après, j'ai tout fait tomber par terre. Je voulais tout voir sur le goudron. Les journaux des passants, les baguettes de pain, les cigarettes de monsieur, le chapeau de madame, les étagères dans la bibliothèque, les grands-mère dans le bus. Tout. Et j'y a pris un pied monstrueux. Un pied comme je n'en avais jamais pris auparavant. Mieux que les femmes, Monsieur, je vous jure, j'avais tout le monde. Tout le monde à mes pieds.

- Quel jour êtes-vous allé consulter le docteur Cagette ?

- Lundi dernier Monsieur... Non. attendez, c'était mardi. Mais ce n'est pas bien important.. Vous n'êtes pas plutôt intéressé par la jouissance de cet acte ? Je veux dire, vous ne voulez pas ressentir la même chose ? C'était quand même sacrément bon !

- Mardi 16 ?

- Très probablement oui. Vous savez, les chiffres et moi .. Vous êtes vraiment rabat-joie.. vous ne souhaitez pas connaitre le bonheur. Vous êtes jaloux, c'est tout.

- Et vous êtes rentré par le pont de Météorites, pour revenir à votre domicile ?

- C'est à dire qu'après avoir fait tomber tant de choses, je commençais à avoir le pantalon tout sale. J'avais du café sur moi, de la terre, de la nourriture. C'est pas tout propre.. Et le pont des Météorites, c'est mon raccourci secret pour ne pas passer devant le cirque, et surtout pour arriver très rapidement chez moi.. Pourquoi cette question ?

- Monsieur Renard, vous allez devoir me répondre, clairement et distinctement. Êtes vous coupable du meurtre de Monsieur Henri Millequant ? L'avez vous, oui ou non, poussé et fait tomber du pont des Météorites, le Mardi 16 janvier à 17 heures précises?

- C'est à dire, Monsieur le juge, qu'il portait un nez de clown.

Posté par CaptainEo à 23:27 - - Avis des Pirates -

Commentaires

Poster un commentaire