Ca s'danse la tête contre les murs

On ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous. On dit juste qu'ils ont perdu la boussole, qu'ils sont à côté de la plaque. Paumés quoi. Alors un peu plus un peu moins, finalement à quoi ca peut servir de savoir?

240212

Fiche Personnage Aleksandr Tchavelski


(Voici, ici une fiche personnage que j'ai réalisée pour un autre forum, j'ai tenté au maximum d'enlever le contexte créé pour et par le forum-et de le remplacer. Je n'ai gardé que ce que j'ai inventé moi-meme . L'histoire se passe dans les années 2040.

Un personnage qui me plait beaucoup et à qui j'aimerai donner une vie dans des textes futurs, et réussir à trouver une manière peut-etre plus subtile de le faire vivre. Je bosse sur une nouvelle avec lui en ce moment. )













Russe.
C'est la première chose que l'on voit sur mon visage parait-il. C'est du moins ce que l'on me crie dans la rue quand on me voit passer. Ou qu'on entend mon nom. Aleksandr Tchavelski. Un nom où tu postillonne plus de trois fois en le prononçant, ca passe pas aussi bien qu'un John Pitt, ou qu'un James Allan.
Russe, Russe. et Russe.
Ca résonne dans la tête comme un marteau tapant sur un clou. Tic tac. Et ca fait aussi mal qu'un marteau tapant sur un clou d'ailleurs, lorsque c'est dit comme vous le dites, vous, ici à Chicago Avec cet air insultant, celui qui dit "toi, ta p'tite gueule de communiste, ton grand nez tordu, ton mètre quatre-vingt, tes jeans troués, ta moustache outrageuse et ta jolie p'tite peau claire, n'ont strictement rien a faire ici dans l'Illinois." Moi qui croyait pourtant que l'Amérique était un pays qui accueillait a bras ouverts les pirates des quatre coins du globe... Décidément, des foutaises, vous savez en dire vous les américains!
Dans la rue on me crie aussi que je suis sale. Mais ca j'y peux pas grand chose, c'est à cause de mon compte en banque. Quand votre fortune personnelle ne dépasse pas celle de votre dent en or, vous savez que vous n'aurez pas de quoi vous payer de l'eau chaude ce mois-ci, ou l'eau tout simplement. Je suis peut-être habitué aux durs hivers russes agrémentés d'alcool de pomme-de-terre, cela n'empêche que quand il n'y a plus d'eau, il n'y a plus d'eau. Conséquence. On ne se lave pas aussi souvent qu'on le voudrait. Mais on s'y habitue, tic tac, je vous rassure.



Pierre avait un coeur à l'image de son prénom. Il avait un coeur explosé en mille morceaux, un coeur a ramasser à la petite cuillère. Pierre avait un coeur gelé, glacé comme simple caillou. Un jour il est allé dans les catacombes. Catastrophe, des caillasses sur la caboche. Le coeur de pierre s'est fendu en deux. Il est tombé, a terre. Inerte. Voila l'histoire de Pierre.
Palpitant non?

Maintenant voici la mienne, un p'tit peu plus compliquée, puisque ce n'est pas un caillou qui m'est tombé sur la tête, c'est ma tête qui est tombée sur un caillou. Un immeuble de 5 étages, ca pardonne pas. J'avais 8 ans la vie commence bien. Ouais, on a pas tous du bol...

Hep! Je suis sure que vous mourrez d'envie de savoir ce qui a pu passer dans la tête d'un gamin de 8 ans pour qu'il saute d'un immeuble de 5 étages. Mais avant de connaitre cette petite anecdote riche en émotions, il faut d'abord passer par ma jolie naissance, o combien dégoulinante d'amour et de liquide un peu moins mignon.



Je suis né l'année où le monde a commencé à partir en vrille. On parle, on parle, il se fait tard, le monde part en vrille mais qu'il aille donc se faire. Oui, il est allé se faire voir. Suffisamment bien puisque, neuf mois plus tard, c'est moi qui me faisait voir au monde entier. Ou juste au vagin de ma mère, aux yeux de mon père et aux douces mains de la sage femme de l'hôpital de Kiev, m'enfin, c'est plus ou moins la même chose quand on est gosse, on croit toujours être le centre du monde. La Russie elle commençait à réaliser qu'elle ne l'était plus vraiment.
J'ai donc passé quelques années dans l'insouciance la plus totale, puisque quand on est bébé la seule chose qui nous intéresse réellement est de manger, et dormir. Le chômage lui, revenait à la mode, tout comme la vodka. C'est ainsi que mon père ouvrait la porte chaque soir, au top de la mode. Sans boulot, et avec autant de grammes dans le sang que de bougies sur mon gâteau d'anniversaire. J'avais trois ans. Joli cadeau.

Cinq ans plus tard, j'ai voulu jouer au super héros. Revoilà la fameuse anecdote de l'immeuble. Vous les américains, vous aimez bien toutes ses histoires de super héros, là, les trucs un peu old school à la Spiderman et compagnie, ca va vous plaire! Adossé au rebord de la fenêtre, un collant noué autour de la tête avec des trous au niveau des yeux, et une serviette de bain faisant office de cape j'ai voulu voir si je volais. J'y ai cru. J'ai sauté. "C'est un appel au secours" disait Monsieur Knovgovitch. Moi je pense que je voulais surtout frimer devant les copains. D'ailleurs, quand ma tête a heurté le bitume de la banlieue d'Odessa, ca a été radical. Les copains, je ne les ai plus revus. Je me suis coupé du monde, comme l'était la Corée du Nord à cette époque. J'ai arrêté de parler aux autres, pour faire quelque chose de bien plus intéressant. J'ai commencé a parler à moi-même. 5 Étages. 8 Ans. Ma vie allait désormais etre rythmée de chiffres, de nombres, de lignes, de sons et de défis impossibles à réaliser. Certains appelle ca des troubles obsessionnels compulsifs, moi j'appelle juste ca un enfer.


Le 17 février 2021, je pensais être le petit garçon le plus important du monde. Mais je me suis vite rendu compte quand non. La Chine m'a volé ma journée d'anniversaire en déclarant sa troisième guerre le meme jour, et le chomage, vedette numéro 1 depuis une décennie, m'a volé mon gâteau. Le compte était là. Onze bougies pour moi, et trois grammes pour le sang de papa. Le bébé dans le ventre de sa maitresse, lui, n'était pas censé faire parti de l'équation. C'est ainsi qu'entre son claquement de porte, et les pleurs de maman, je me parlais tout bas, et me souhaitais malgré tout un joyeux anniversaire.

Les dix années qui ont suivies, j'ai passé mon temps à subvenir aux besoins de ma mère et de sa difficulté a remonter la pente - et pour le coup, le compte en banque. J'ai pris tous les petits boulots qui s'offraient à moi. Le travail à la chaine je n'ai pas supporté. Les choses a répétition ca m'angoisse vous savez, 1 2 3 4 faire mes lacets ca m'angoisse, 5 6 7 8 assembler une pièce à une autre ca m'angoisse. 9 10 11 12 faire toujours le meme trajet ca m'angoisse 13 14 15 16 les horloges ca m'angoisse, 17 18 19 respirer ca m'angoisse Tic tac tic tac. BOUM. Excès de colère d'avoir quelque chose qui me contrôle, qui m'échappe, j'ai tout cassé. La machine, mes lacets, et j'ai dansé, la tete cognée contre les murs. Durant ses dix années j'ai beaucoup trainé avec mes soucis dans les poches.


En 2032 je crois je me suis refait un ami, le premier depuis des années. Il etait un peu bizarre, comme vous là, c'était un americain quoi. Billy qu'il s'appelait. On parlait pas mal politique, lui me parlait de sa culture americaine, et moi je citais Bakounine ou Kropotkine. On s'est bien amusés tous les deux, il m'a fait découvrir un tas de choses. La vodka je connaissais et je l'ai redécouverte de manière plus joyeuse qu'avec mon père. Ensuite ce furent les médicaments pour rigoler, et les filles pour se changer les idées. Ce fut une période mémorable de ma vie. La vingtaine, aah... Prendre des drogues m'aidait à surmonter mes défis, les tic tac résonnaient moins dans ma tete, la répétition était irrégulière puisque tout était chamboulé et sans dessus dessous, et cela me permettait de respirer. Seulement le chomage etait plus fort que jamais à Odessa, et très vite, l'argent manqua pour résoudre mes équations mathématiques internes.
Billy m'a proposé de le suivre en Amerique, avec un grand A. Quand vous venez de la banlieue d'Odessa, et que vous atterrissez en Amerique, vos avec un tas d'idées reçues en tete. Ce sont les ennemis, blablabla. Ouais, bon, je n'ai pas l'habitude de croire ce que l'on me dit mais en définitive, j'ai connu plus aimable que vous...

Je suis arrivé le 19 juin 2031. Quand j'y repense, si j'étais arrivé trois ans plus tard, j'aurai du rentrer directement au pays en passant par la case "garde à vue" et ma vie se serai consumée petit à petit, sans grand interet. Un tete à tete entre l'alcool local et mon foie. Devinez qui aurai remporté la manche. Cette année là, je foulais donc pour la premiere fois des terres inconnues. Je respirais. J'avais évidement de la peine à laisser ma pauvre mère seule, mais j'avais besoin de vivre et de partir de toutes ses addictions et coups de marteau qui hantaient ma tête. Imaginez vous, un nouveau paysage, tout est inconnu, rien n'est à calculer. La délivrance.


C'est ce que je croyais.
Billy m'a présenté à ses amis américains. Chicago est une grande ville, j'étais un peu perdu alors je restais avec eux quand ils me le permettaient. Ils parlaient souvent politique. J'en ai donc conclu que la Russie n'avait pas grand chose à envier à l'Amerique.. déception. Ils se regroupaient souvent dans les sous sols à ce que j'entendais J'ai hésité pendant un moment à les rejoindre, mais je me suis dit que j'avais deja mes problèmes a regler. Sans papiers, sans boulot, car impossible à décrocher, je désespérais, et tout résonnait de plus en plus dans ma tete. Je traversais les grands boulevards au feu rouge pour contrer la monotonie, j'évitais de prendre le métro qui passe toutes les deux minutes. tic tac. deux minutes. tic tac. une minute. tic tac Laissez moi sauter sur les rails les amis. tic tac. L'enfer revenait progressivement.

L'enfer n'était d'ailleurs pas que pour moi, mais pour toute l'Amerique. Il y'a un truc qui se passait, au niveau des boulots... Comme je ne voyais pas beaucoup de monde, et que je ne sortais pas de chez moi, je m'en suis pas beaucoup inquiété. Puis d'un coup, comme ca, il y'avait beaucoup moins de gens dans la rue. Quand je sortais faire les courses, les magasins étaient fermés. Je me suis demandé ce que faisait le gouvernement. La réponse était partout dans la rue, et sur les panneaux d'affichages. Il était trop occupé a se faire dessus. Démission. Le trois est un chiffre à la mode. Trois jours, trois, tic tac tic, équilibre bancale. Il a fallu seulement trois jours à ses enflures du Void pour s'attirer les graces du peuple. tic tac. Elus à la majorité. En y repensant, j'enrage de ne pas avoir eu ma carte d'électeur à temps. J'ai jamais aimé l'administration, ils ne font que tout ralentir. D'ailleurs je n'ai jamais aimé non plus le gouvernement. Ils nous embrouillent. Vous voyez la vodka? Et bien, elle a l'air inoffensive, sans danger. On ne peut la prendre dans les mains car elle coule de tout cotés. Le gouvernement c'est pareil. Il a l'air calme, il est quasiment imprenable, et s'infiltre partout. Et en plus de ca, il nous fait passer pour fou. La solution pour se débarrasser des deux? Faut que ça brule!

Le 11 novembre 2033, a été la journée qui a changé ma vie. Imaginez, le 11/11/33. L'angoisse. Ma journée a été ponctuée de 11 et de 3. Trois gorgées le café. tic tac Onze pas pour aller à la salle de bain. tic tac Trois fois se brosser les dents. tic tac Onze Cigarettes en trois heures. tic tac . DRING. Le téléphone sonne. C'est Billy. il veux me voir. il a un truc important à me dire. il peut me trouver du boulot. Je sors vite de l'appartement ayant pris soin auparavant d'avoir raccroché le combiné trois fois.
Il veux que je teste une expérience. Ca fera un peu mal mais grace à cela je pourrais avoir n'importe quel travail, pourvu que je garde cette opération et ceux qui y ont contribué secrets. Aucun soucis, je n'ai personne à qui en parler.. C'est gratuit, et en échange il me donne un petit peu de votre drogue locale là.. tant que j'peux grappiller deux trois trucs, je ne dis jamais non. Meme si c'est un truc clandestin.
Nous étions dans une petite cave, j'ai eu les yeux bandés avant d'arriver ici. Je ne me rappelle de rien, a part de m'etre réveillé avec une horrible migraine, et une douleur en bas de ma colone vertébrale. Apparemment j'ai arreté de vraiment etre un humain ce jour là. Je n'ai pas compris tout de suite. Je suis rentré chez moi avec l'impression étrange que tout le monde me suivait, que tout le monde me regardait. Les oiseaux auraient eu des caméras sur eux, ca ne m'aurai pas étonné. Je suis arrivé dans mon appartement, j'ai écrasé en poudre les cachets que m'avait passé Billy, et j'ai tout pris. Trois lignes, évidement. tic tac. Et là, un feu d'artifice dans mon nez. Explosion, tic tac implosion, mieux que le napalm ou que la nitroglycérine. jouissif. Je n'ai jamais connu ca. Je savais ce qu'il y'avait en moi. Molécule par molécule. Tout. Je savais comment refaire ces cachets à l'identique. Je n'ai pas très bien compris pourquoi, mais ce jour là, j'ai trouvé du boulot.

La chimie, que je n'avais jamais étudiée avant, est devenue un jeu d'enfant. J'ai décroché, moi, le petit russe d'Odessa, ses chaussures trouées et sa moustache qui fait tache, ...j'ai décroché un job à l'université! Alors que je n'y avais jamais mis les pieds étant gosse.
A partir de ce moment là, la vie est devenue différente, j'avais la capacité de me fournir ma dose quotidienne pour empêcher les tics tacs dans ma tete. J'avais aménagé un labo pour la cuisine dans le sous sol de l'université, le seul soucis était l'approvisionnement en matériel. La plupart des cuistos de Chicago sont de vrais cons. Ils te rembarrent direct, et si tu ne te fais pas tuer tu as bien de la chance. Je suis tombé sur un mec, Cornélius, un gars un peu dérangé qui se parlait tout seul, il m'a dit que comme lui ne fabriquait que des drogues "rétros", je n'étais pas un danger pour lui, et il m'a indiqué la manière la plus simple de trouver de quoi faire ma cuisine sans soucis.

24 et 3 font 27. 27 pas jusqu'à la station de métro. pas un de plus, pas un de moins. Gauche droite 1, 2, 3, 4. Gauche droite. 5, 6, 7. Ne pas confondre, 8, 9, 10, ne pas mélanger. 11, 12. Gauche droite. Je m'arrête pour laisser passer la voiture. 13, 14. Gauche Droite. 15 Suivre la ligne. 16, si je ne la suis pas, 17, je tombe. Je MEURS. tic tac 18, 19, 20. Passage piéton. 21. Ne marcher que sur les traits blancs. 22, 23. Ma nuque se brisera sinon. 24. gauche. 25. droite. Il reste trois mètres et seulement deux pas. Si je n'y arrive pas, je vais me faire tirer dessus dans la journée. Penser droite gauche droite gauche. Je prends mon élan, aller Aleks tu peux l'faire. 26.... 27! Victoire. Ce n'est pas aujourd'hui que ma vie s'arrêtera.
Les gens pensent que la vie est simple quand on ne parle pas aux autres, car parait-il on n'a pas à s'occuper de leurs problèmes. Le truc c'est que du coup, on se parle à soi meme, et on s'attire tout un tas d'autres problèmes, qui ne nous laissent jamais en paix. Souvent je me retrouve dans mon lit, en pleine nuit, les yeux grands ouverts. A attendre que ca passe, tic tac tic tac. Mais on sait bien que ca ne passera jamais vraiment. Quand j'étais encore à Odessa, je tournais à la vodka, pour mieux avaler ces problèmes et les noyer. Tic tac tic tac. Ici, je teste de substances, comme un masque de fer pour mieux se voiler la face. Ca marche plutot pas mal. Ca m'empeche de trop imaginer. L'infirmière de l'université ou je bosse (et non le médecin, car ça coute sacrément cher de se soigner dans votre pays là...) m'a dit que ce genre de maladie ca se soignait pas. Alors j'en invente, des médicaments pour mon imagination..


Le jour j'enseignais aux éleves de l'Université ce que les manuels de l'état me disaient d'enseigner. Rah, ses connards du Void élus, le monde devenait invivable..
Les soirs de semaine j'ai donc pris l'initiative de donner des cours particuliers à certains de manière totalement illégale, le sujet étant "comment fabriquer du napalm, et en autre, comment fabriquer des bombes tres facilement." puisqu'à peu de choses près, il est possible de faire sauter un immeuble avec du savon. C'est un peu ma manière à moi d'essayer de faire tomber ses ordures du gouvernement et de semer un peu la pagaille.
La nuit quand à elle, je préparais mon petit business, de quoi gagner ma vie et éloigner ses répétitions chiffrées incontrôlables qui me harcelaient durant la journée. Je ne dormais pas. tic tac..
Depuis mon arrivée en amerique, je m'en sortais donc plutot pas mal, le seul soucis, était cette impression désagréable et invivable d'etre sans arret suivi et observé. Une horloge qui me poursuit. Des lignes qui pistent mon chemin. Et des chiffres qui m'évaluent.




--------------
Précisions supplémentaires :
-Certains se sont peut-etre posés la question de la nationalité d'Aleksandr Tchavelski. Il est né à Kiev, a passé son enfance à Odessa, et se revendique russe. Ce n'est pas une erreur, il est important de souligner les changements en Asie du Nord/Europe. La Russie est devenu en 2013 la Nouvelle Russie (plus communément appelée NR pour des raisons pratiques, regroupant la Fédération de Russie, l'Ukraine et la Biélorussie suite à une série d'attentats simultanés dans les villes de Kiev, Novosibirsk et Moscou. Ces faits n'arrangeant rien à la crise économique à cette époque, les trois pays ont décidé de s'allier et s'entraider. Vladimir Poutine, élu en 2012, se suicidera en 2014 "sa cravate au cou, il était suspendu dans le vide de la salle à manger, je n'ai rien pu faire pour le sauver" affirma son ex-conjointe Lioudmila Alexandrovna Poutina, désemparée . La Nouvelle Russie, elle, reviendra à un système communiste en 2035).

Posté par CaptainEo à 00:29 - - Avis des Pirates -

Commentaires

Poster un commentaire