Ca s'danse la tête contre les murs

On ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous. On dit juste qu'ils ont perdu la boussole, qu'ils sont à côté de la plaque. Paumés quoi. Alors un peu plus un peu moins, finalement à quoi ca peut servir de savoir?

110111

ENFANCE.

Texte à remodeler, refaire, corriger (oui, j'ai un gros problème avec certains temps..), etc.  C'est juste un premier brouillon, pour un projet. j'avais juste envie de le partager.

Quatre, cinq chansons qui passaient dans mes oreilles quand j'écrivais, on y retrouve peut-être les mêmes émotions dans le texte, qui sait ahaha Ou alors c'est juste un pretexte pour dire "c'est cadeau" au passage!

Yann Tiersen - A Quai

Yann Tiersen - La Noyée

Lady & Bird - La Ballade of Lady and Bird

God is an Astronaut - All is Violent, All is Bright

Cocorosie - Rainbowarrior

Bientôt, j'aurai 19 ans.

J'aurai 228 mois, j'aurai 991 semaines, 6 939 jours, 166 550 heures, 9 993 026 minutes ou 599 581 594 secondes.
Puis après, j'aurai 20 ans, je serai vieille.
Nombre de jours, nombre d'heures, nombre de minutes, nombres d'une vie.
Bientôt je serai triste, je serai là, dans ma chambre, respirant comme l'héroïne d'un vieux roman de Beckett ou de je ne sais quel auteur prêt à faire mourir ses personnes sans aucun scrupule. Et je serai seule, vieille et impotente. Et bientôt, je n'aurai plus de souffle et je partirai.

Alors je m'accroche à mes souvenirs comme aux cordes d'une balançoire. En me disant que si je les lâche, je vais tomber. Et me faire très mal. En temps normal, ma maman m'apporterait des biscuits chauds qui sentent bon la cannelle, et du lait au miel. Elle me déposerait un petit pansement avec un chat dessiné dessus, sur mon bras. Et un bisous sur mon front. Et je repartirai courir dehors, sans avoir peur de rien, armé de mes ailes de dragon, de chauve-souris ou de papillon de nuit.
Je jouerai avec mes amis, ma bande à moi. Mes peluches, Rudy, Billy, Cherkan, et surtout Petit Filou, le plus malin et intelligent d'entre nous! C'est le leader, mais si il le savait il prendrai le pouvoir comme le grand méchant monsieur dans la télévision. Alors on ne dit rien, on se contente de le suivre.
Les autres jouets nous appellent les inséparables, parce qu'on est toujours ensemble. Et ils sont jaloux! Mais nous, on s'en occupe pas, on a trop de choses à faire. On met au point des potions avec de l'herbe qu'on a arraché à pleine mains dans le jardin. Tant pis pour la boue et pour les bottes cirées. On troque des parfums sucrés à la lavande fabriqués par nos soins en échange d'un bonbon volé sur l'étagère dans la cuisine. On explore les temples et les pyramides des pharaons, puis on va voir les indiens et on leur vole leurs plumes, pour se faire des vrais déguisements et être les plus beaux à l'anniversaire de Véronica, la sorcière du salon. Celle qui a des cheveux rouges, un grand nez bizarre et qui ressemble à notre institutrice. Et puis aussi, on est des pirates. Alors on fait tout ce qui nous plait et personne n'a rien à dire là dessus! Sauf peut-être Mamie parce que c'est elle qui recoud nos vêtements.
Boris je l'aime. C'est pas mon amoureux, c'est mon chat. Tous les deux, on aime bien faire des bêtises quand papa est occupé à refaire pousser l'herbe du jardin. On fait un tour du pâté de maison à la recherche de billes pour notre collection, mais arrivés à la moitié, on est fatigués. Alors on s'assoie en plein milieu de la route, et on revient en pleurant car les monstres dans les cages en métal nous ont criés dessus. Au final, papa nous donne toujours un petit chocolat pour nous consoler. Enfin, moi j'en mange deux, car Boris n'aime pas ça.

Oui, en temps normal je ferai tout ca si je tombais de la balançoire. Mais il n'y a plus de temps normal. Ni de balançoire. Ma peau était lisse, mes cheveux étaient doux, mon regard innocent, mon foie était en parfait état, mes poumons étaient blancs comme la neige de Laponie et mon cœur encore en entier.
Depuis, j'ai joué aux mikado avec le temps, je l'ai provoqué à pierre-feuille-ciseaux, je lui ai collé de la pâte à modeler dans les cheveux, je me suis entortillée les jambes au jeu de l'élastique avec lui, j'ai voulu le semer au 1 2 3 soleil, j'ai tenté de faire diversion avec ma marionnette, j'ai couru à travers champs et je l'ai défié d'attraper un papillon. Je lui ai mis du chewing-gum sous ses chaussures, le petit chewing-gum rose, vous savez, celui qui fait des grosses bulles quand on souffle très fort dedans, et qui laisse un bon gout de fraise dans la bouche. J'ai même essayé de l'endormir avec ma boîte à musique, j'ai tout fait. Tout ce qu'un enfant aurait fait. J'ai joué à la course avec lui. Il m'a rattrapée. J'ai toujours perdu. Tous-jours. Je n'ai compris que récemment la solution. Il ne faut pas se plier à ses règles, il faut ce soit les règles qui se plient, il faut tricher. La seule manière de combattre le temps, c'est de l'ignorer. Alors moi, mes 19 années, ces quelques poignées de mois, ces litres de minutes, ces cuillères de secondes, je les jette au vent. Et je repars en courant.

Posté par CaptainEo à 17:27 - - Avis des Pirates -

Commentaires

    c'est très beau!...tombée par hasard sur ton texte suite à un post sur facebook, il me touche et me transporte et je m'y retrouve, j'y retrouve mes personnages...en mots. Me permets-tu de m'en inspirer pour un (ou des) tableaux? As-tu pensé à faire un ouvrage textes/images?...

    Posté par lunat, 120111 à 09:16
  • pardon , j'avais pas vu que tu faisais de la photo aussi...j'imagine que tu y as pensé donc...

    Posté par lunat, 120111 à 09:21

Poster un commentaire