Ca s'danse la tête contre les murs

On ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous. On dit juste qu'ils ont perdu la boussole, qu'ils sont à côté de la plaque. Paumés quoi. Alors un peu plus un peu moins, finalement à quoi ca peut servir de savoir?

311010

" Les fous avaient souvent la liberté de se meler au reste de la population. Je savais bien que je n'etais pas moi-même totalement sain d'esprit. Tout comme lorsque j'etais enfant, je n'ignorais pas que j'avais quelque chose de bizare. Mon destin, j'en avais l'imperssion, c'etait d'etre assassin, détrousseur de banques, saint, violeur, moine ou ermite. Il me fallait un endroit isolé où me cacher. La cloche, c'etait immonde. Mais la vie du citoyen moyen et sain d'esprit, c'etait morne, pire que la mort meme. Il ne semblait pas y avoir d'autre alternative. L'instruction, elle aussi, avait tout l'air d'etre un piege. Le peu que je m'etais permis d'aquerir n'avait fait que me rendre encore plus soupçonneux. Les médecins, les avocats, les scientifiques, qu'etait-ce donc? Rien de plus que des gens qui acceptaient qu'on les prive de leur liberté de penser et d'agir en individu. Je retournai à mon baraquement et je bus.. Et, assis là à boire, j'envisageai de me suicider, mais éprouvai aussitôt une étrange tendresse pour mon corps et pour ma vie. Aussi couturés qu'ils soient, ils m'appartenaient. Souvent, je me regardais dans la glace de la commode, me grimaçais un sourire: "si tu veux vraiment t'en aller, me disais-je, emmène-en au moins dix ou vingt d'entre eux avec toi.."

C'etait un samedi soir, en décembre, j'etais dans ma chambre et je buvais beaucoup plus que d'habitude en allumant cigarette sur cigarette et en pensant aux filles, à la ville, au boulot, et aux années que j'avais devant moi. et à scruter l'avenir, je découvris que je n'aimais guere ce que j'en apercevais. Sans etre misanthrope ou misogyne, j'aimais etre seul. Il etait bon de rester assis seul dans un petit coin en buvant et en fumant. C'etait depuis toujours que je me tenais bonne compagnie. Et puis j'entendis la radio de la pièce d'à côté. Le mec l'avait mise bien trop fort. La chanson d'amour qui en montait avait de quoi faire vomir.

Je me rassis et me versai un verre de vin. J'avais laissé la porte ouverte. La lumière du clair de lune entrait dans la pièce et avec elle, juke-boxes,automobiles, jurons, aboiements de chiens, radio, tous les bruits de la ville. La merde, on y etait tous ensemble, là, au beau milieu de l'énorme cuvette des chiottes de la vie, une fois la chasse tirée, on en serai tous évacués."

Charles Bukowski


Posté par CaptainEo à 16:13 - - Avis des Pirates -

Commentaires

    Ah tiens tu es de Malakoff ?

    Posté par zephir, 061110 à 14:37
  • Parce que moi je suis de Malakoff.

    Posté par zephir, 071110 à 00:26

Poster un commentaire